Jean-Philippe Courtis remplace Inva Mula pour la Masterclass de chant

Jean-Philippe Courtis remplace Inva Mula pour la Masterclass de chant
Souffrante, Inva Mula ne pourra hélas assurer les Masterclass de chant comme prévu.
C’est Jean-Philippe Courtis qui assumera ce rôle aux côtés du pianiste Genc Tukiçi.
En raison de ce changement:
– les Masterclass de chant se dérouleront les 3 et 4 janvier à l’hôtel Roc et Neige, Route des Monnaires 46, 1660 Château-d’Œx, et le 5 et le 6 janvier au Saanen Landhaus Theater, Dorfstrasse 74, 3792 Gstaad Saanen
– les Masterclass de piano n’auront pas lieu à l’hôtel Roc et Neige, mais au Park Gstaad, Salon Montgomery, Wispilenstrasse 29 à Gstaad.
Pour toute question à ce sujet contacter Illyria Pfyffer au 079 217 15 63
Biographie de Jean-Philippe Courtis

Jean-Philippe Courtis étudie la direction d’orchestre à l’école Normale supérieure de Musique de Paris, puis obtient un premier prix de chant au Conservatoire d‘Amiens et un premier prix de hautbois de la ville de Paris et poursuit ses études en musicologie à la Sorbonne.

Il entre au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSM) où il obtient ses premiers prix de chant et d’art lyrique. Jean-Philippe Courtis rentre alors à l’école de chant de l’Opéra de Paris, lors de sa création, puis fait ses débuts au Festival d’Aix en Provence.

Dès lors, il est invité dans la plupart des théâtres français et étrangers : à Lyon, dans Pelléas et Mélisande, dirigé par John Eliot Gardiner et Rodrigue et Chimène avec kent Nagano(réouverture de l’Opéra), à Montpellier dans les Huguenots de Meyerbeer, ouverture du Corum…à Genève, pour Jeanne au Bûcher d’Arthur Honegger, Louise de Gustave Charpentier et Benvenuto Cellini d’Hector Berlioz.
Il remplace au pied levé Ruggiero Raimondi dans la création mondiale de la Forêt, opéra de Rolf Liebermann au Grand Théâtre de Genève où il obtient un vif succès. Sa carrière le mène notamment à Cologne pour Pelléas et Mélisande, mis en scène par Harry Kupfer et dirigé par James Conlon, opéra qu’il chante également à Vienne, sous la direction de Claudio Abbado, mis en scène par Antoine Vitez, puis au Staatsoper de Berlin et à la Fenice.

Pour l’ouverture de l’Opéra Bastille, il chante Narbal dans la production des Troyens de Berlioz, puis Balducci dans Benvenuto Cellini, sous la direction de Myung-Whung Chung ; à Amsterdam, Thoas dans Iphigénie en Tauride, de Christophe Willibad Gluck, le Bailli dans Werther, à Lisbonne de nouveau Les troyens, à Palerme Esclarmonde de Jules Massenet, sous la direction de Gavazzeni, à Salzbourg Jeanne au Bûcher de Honegger, sous la direction de Seiji Ozawa, ou à Houston dans Roméo et Juliette de Charles Gounod.

Il a participé à de nombreuses créations comme Ondine de Daniel Lesur et La Célestine de Maurice Ohana à l’Opéra de Paris, les Noces de sang de Charles Chaynes à Montpellier et le 60 ème parallèle de Philippe Manoury au Théâtre du Châtelet à Paris.

Sa discographie comprend une trentaine d’enregistrements dont Les troyens pour Decca sous la direction de Charles Dutoit. Pour Deutsche Grammophon : Pelléas et Mélisande, sous la direction de Claudio Abbado ; Pour Philips : Carmen, sous la direction de Seijo Ozawa ; Pour EMI : Damnation de Faust avec Alain Lombard, Œdipe de Enesco et Les Pêcheurs de perles de Bizet.Il a aussi enregistré plusieurs opéras de Massenet, lors du Festival Massenet à Saint Etienne, sous la direction de Patrick Fournillier. Il a également enregistré pour EMI, le rôle du Bailli (Werther) à Londres, sous la direction d’Antonio Papano et Dardanus de Jean-Philippe Rameau, sous la direction de Marc Minkowski, pour Archiv Produktion,(DGG).

Jean-Philippe Courtis est professeur de chant à l’Ecole Normale de Paris et au CRR d’Amiens.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*