Happy Mozart Anniversary

Happy Mozart Anniversary

Chers Amis,

Et si nous commencions ces news de janvier par le divin Mozart ?

Voici quelques lignes en ce jour du 27 janvier, date anniversaire de sa naissance en 1756. Quelle plus belle date pour vous parler de notre festival ? Je pense que la beauté de sa musique ne peut que nous faire du bien et nous réjouir ! Lumière et joie en ces temps moroses.

Comme vous le savez peut-être, mes ancêtres maternels étaient les descendants d’un mécène du prodigieux Wolfgang Amadeus, c’est à dire Aimé de Dieu… Étant actuellement à New York, j’ai succombé tout naturellement au désir de consulter à la Morgan Library, le manuscrit original de la partition de la Symphonie 35 en ré Majeur, KV385, pour orchestre symphonique dite « Haffner ».

A la suite de cette visite, les notes suivantes vous amuseront peut-être.

Mozart avait écrit en 1776 la Sérénade N°7 en ré Majeur, KV 250. Comme pour la symphonie, cette pièce affiche une tonalité positive et triomphale. Elle fut réalisée pour les noces de Marie-Élisabeth (mon second prénom !) Haffner. Ce qui n’est guère surprenant puisque son frère Sigmund (du même prénom que son père) était un ami et contemporain du compositeur.

En 1782, à 26 ans, Mozart est sollicité à nouveau par Sigmund Haffner père, le Maire de Salzburg, qui, suite à son anoblissement par l’empereur François-Joseph II, devenait Chevalier von Innbachhausen (Ritter von Innbachhausen), et souhaitait « passer commande» d’une œuvre qui célébrerait l’événement. Bien qu’en pleine composition de « L’Enlèvement au Sérail », Mozart accepte et se plonge dans le travail. Devant présenter l’œuvre au Burgtheater à Vienne le 23 mars 1783, il demande à son père de lui renvoyer le manuscrit depuis Salzburg et déclare : « (…) ma nouvelle Haffner Symphonie me surprend en bien par la qualité de ma composition, car j’en avais oublié jusqu’à la moindre note ! Elle produira, je pense, un effet formidable » Il avait vu juste : le concert ce soir-là fût un immense succès ! Pour ma part, je ne peux que sourire à chaque fois que je l’entends ; il me semble dans les premiers accords que Mozart rit encore de la « vanité » de cet ancêtre…

Pour revenir à notre festival et la pandémie

Comme vous le savez je fais tous les efforts possibles afin de permettre à nos musiciens – qui en ont plus que jamais besoin, tant sur le plan psychologique que financier – de se produire.
Dans ce but, j’essaye de reporter notre programmation 20/21 à une date ultérieure (durant le printemps), mais surtout avant celles déjà programmées de 21/22…

Cela fera bientôt un an que toute une corporation est en souffrance. Et chaque mois de plus en confinement mène à des situations encore plus dramatiques. Avant tout, j’essaye d’éviter la cascade d’annulations qui serait inévitable s’il nous fallait attendre justement décembre…

Même si nous avons évoqué la période de Pâques, pour laquelle tous les artistes sont partants, j’attends l’évolution des événements pour vous confirmer un report. Je suis en contact permanent avec les agents les plus prestigieux qui me tiennent au courant de l’évolution de la situation des théâtres, festivals et opéras. Les Chorégies d’Orange sont annulées, le festival de Cannes est reporté à juillet, l’Opéra de Lausanne ignore encore sa date de réouverture, bref, nous sommes dans le brouillard total…

Je vous préviendrai de toute évolution, prenez bien soin de vous, à très bientôt, et surtout à la joie de vous accueillir à nos concerts.

 

Chaleureuses pensées,
Caroline